Stéfanie & Gaëtan - Un mariage sur une île...

September 17, 2016

Nous approchons de la fin de la "saison des mariages" (s'il en existe réellement une...) et, en ce samedi de mi-septembre les températures nous l'ont bien fait comprendre. Après presque 2 mois de soleil et de températures agréables, j'ai retrouvé Gaëtan peu avant 14h pour embarquer au port du Bry direction l'île d'Ogoz... sous une petite pluie fine et des températures plutôt fraîches! Autant dire qu'il valait mieux éviter ce sujet!

Après 10 minutes de traversée sur le Lac de la Gruyère, nous voilà arrivés sur cette petite île déserte (pour l'instant). Et peu de temps après c'est Stéfanie qui nous y rejoint afin de faire les photos de la découverte de la Mariée par le Marié, et immortaliser quelques souvenirs de couple. Puis les invités sont arrivés en bateau par groupe de 10 environ, avant de prendre place dans la petite chapelle pour une cérémonie pleine d'émotions. Petite anecdote amusante et dans l'air du temps: nous étions censés être "seuls" sur l'île quand tout à coup, avant la cérémonie, un jeune homme a surgi de derrière la chapelle. Il semblait un peu perdu et, surtout, ne paraissait pas avoir le dress code "Mariage"... Il ne parlait pas français mais a pu nous expliquer qu'il était à la chasse au Pokémon et qu'il avait profité de prendre le bateau avec un groupe d'invités, ne sachant pas qu'il se rendait en fait à un mariage... Heureusement pour lui, il a pu refaire le chemin inverse quand il s'est rendu compte de sa "bévue"!

Après la cérémonie l'apéritif a suivi sur les hauteurs de l'île, entre les tours médievales et où, heureusement la pluie avait décidé de se montrer clémente en nous offrant du répit!

Une fois l'apéritif terminé, tout le monde s'est mis en route pour rejoindre le cadre magnifique du Château de la Grande Riedera au Mouret. Le verre de l'amitié n'a toutefois pas pu se faire dans la cour du Château, la pluie ayant cette fois-ci décidé de reprendre "pour de bon". Mais une fois les festivités lancées à l'intérieur, plus personne n'en tenait rigueur au ciel. La fête pouvait battre son plein jusqu'au bout de la nuit...